Résultats: ‘Saint-Pierre-du-Nord’

Discovering Local History Through Church Records of Saint-Pierre-du-Nord (1724-1758)

2003 par Earle Lockerby

Earle Lockerby

 

Saint-Pierre-du-Nord (centered at Havre Saint-Pierre) is one of five parishes which existed on Île Saint-Jean during the French regime, the others being Port-LaJoye (Saint-Jean-l’Évangéliste), Malpec (La Sainte-Famille), Saint-Louis-du-Nord-Est and Pointe-Prime (Saint-Paul).  Only the parish registers of Saint-Pierre-du-Nord and Port-LaJoye have survived.  The parish register of Saint-Pierre-du-Nord
travelled to France with a shipload of deportees, aboard a British transport in the autumn of 1758, following the capture of Louisbourg by the British that year.

Island historians have long been aware of the parish register for Port-LaJoye, but such appears not to have been the case for that of Saint-Pierre-du-Nord, the original of which resides today in an archives at St-Malo, France.1 Books, or chapters of books, dealing with Island Acadian history have referred to the register of Port-LaJoye without mentioning that of Saint-Pierre-du-Nord.  A relatively recent example of this is the book The Catholic Church in Prince Edward Island 1720-1979 which was published in 1979.

The first entry in the register of Saint-Pierre-du-Nord is dated July 19, 1724 and records the baptism of Magdelene Briand, daughter of Bernard Briand and Isabelle Saunier, both of whom were Mi’kmaq.  The priest administering these rites was Claude-François de Brevant who described himself as “prestre approuvé desservant dans la paroisse de St-Pierre en l’isle St Jean au déffaut d’un curé”.  Entries by Brevant span the period July 19 to September 16, 1724.

Of the first six entries, no less that five involve Mi’kmaq people.  Such entries may be found sprinkled throughout the register.  These confirm what is well known from other sources, namely that the French expended considerable efforts to have the native people embrace the Roman Catholic faith.  These entries not infrequently list French inhabitants as witnesses to church rites involving native people and as godparents in the case of baptisms.  This confirms the considerable degree of social intercourse which existed between the French settlers and the Mi’kmaq people.

What the first entry and other early entries also tell us is that in 1724 Saint-Pierre-du-Nord was a parish in its own right, not an adjunct to the parish of Port-LaJoye.  Moreover, a church existed in the settlement at this time.  A burial entry of August 24, 1724 reads “inhumés dans l’église”.  Several marriage entries subsequently state that the people were “assemblés dans l’église”.  The church may have been built in 1724 or possibly a year or two earlier.  We know that the church had a bell, the bell having been unearthed in 1870 near the known site of the church.2 The date 1723 was inscribed on the bell, suggesting that the church had this bell from about the time that the church was established.

The register of Saint-Pierre-du-Nord shows that until the beginning of 1732 Saint-Pierre-du-Nord only occasionally had a priest.  The situation of Port-LaJoye from 1724-1732 was not a great deal better.  With the collapse of the fishery initiative of the Comte de Saint-Pierre, Île Saint-Jean became less important in the eyes of officials in Louisbourg and Paris, and had already lost in 1723 the two resident priests who had been at Port-LaJoye since 1721.  From time to time during the 1724-1732 period, priests came to Île Saint-Jean from Île Royale, i.e. Cape Breton, or from Acadia, staying for several days, a few weeks, or perhaps two or three months.

In early 1723 Father Mathieu François Le Paige was installed as the resident parish priest and he remained here almost continuously for seven and one half years.  Le Paige not only ministered to his flock at Saint-Pierre-du-Nord, but also to people from outlying areas considered a part of the parish, including Tracadie, Havre-aux-Sauvages, Malpec and Pointe-de-l’Est.  In subsequent years, Baie-de-Fortune was added.  Occasionally the priest journeyed to these places.  The register provides us with the first known date when a priest ministered in the French settlement of Malpec, noted by Father Le Paige as being 15 leagues distant from Saint-Pierre-du-Nord.  On May 1, 1735 at Malpec he married Marie Magdeleine Arsenault and Jean de Launay, and conducted two baptisms.  This had not been his first visit to Malpec.  He had been there at least one time prior to September 1734.

In 1739 Le Paige was succeeded by Father Gabriel Le Moign who had already been at Port-LaJoye a couple of years and who remained at Saint-Pierre-du-Nord for five years.  It is evident from a comparison of the registers for Port-LaJoye and Saint-Pierre-du-Nord that during the 1732-1744 period, Saint-Pierre-du-Nord enjoyed more stability in terms of priests than did Port-LaJoye.  Together, Le Paige and Le Moign served 12 years continuously at Saint-Pierre-du-Nord, while during this period, no less than six different priests rotated through Port-LaJoye.  Perhaps that was a reflection of a broader social stability at Saint-Pierre-du-Nord where fishing was the major part of the economy, providing for trade and a small merchant class.  Saint-Pierre-du-Nord always had a greater population than Port-LaJoye – indeed, much greater for much of the existence of these two settlements.  Port-LaJoye was an administrative and military centre – those on administrative postings came and went and the troops garrisoned at Port-LaJoye were rotated yearly.  While the important officials lived at Port-LaJoye, Saint-Pierre-du-Nord was the wealthier community.

During the time that Louisbourg was occupied by the British from 1745 until 1749, one finds no entries in the register of Port-LaJoye.  However, there are a few entries in the register of Saint-Pierre-du-Nord.  In mid-August of 1745 Father Samuel Riou visited Saint-Pierre-du-Nord and performed a marriage and a baptism.  It is of some significance that he signed himself as a Récollet priest, “faisant les fonctions curiales de la paroisse de Malpec”.

These entries indicate two things:

1. That Malpec was established as a separate parish on Île Saint-Jean sometime before mid-1745, not in the early 1750s, as has been popularly believed.

2. That Malpec had a priest, probably resident in the community, some years before Father Dosque settled there in 1753.

The marriage which Father Riou of Malpec performed at Saint-Pierre-du-Nord on August 15, 1745 united Simon Billard and Marie Charpentier.  Though there is no hint of it in the register, there is an interesting story behind this marriage.  Simon Billard ws born in France and was a soldier in the garrison which in 1744 and 1745 was stationed at Saint-Pierre-du-Nord rather than at Port-LaJoye.  He was also a gunsmith and had some skills as a blacksmith.  While at Saint-Pierre-du-Nord he obviously fell in love with the local Acadian girl, Marie Charpentier.  Rather than evacuate to Quebec with his troop, following the fall of Louisbourg to the British in the summer of 1745, Billard chose to become a deserter and 2½ weeks later wedding bells were ringing at the church of Saint-Pierre-du-Nord.  A few years later when French administrative and military officials returned to the Island, Simon Billard as a deserter was in trouble.  However, a petition by the local inhabitants, emphasizing the valuable services that Billard had performed as a blacksmith, appears to have successfully extricated him.3 He and Marie raised a family at Saint-Pierre-du-Nord and in late 1758 found themselves in France, among the deportees from Île Saint-Jean.

Several other entries of interest took place during the period when Britain and France were at war.  On November 11, 1747 there is recorded an adult baptism of Dorothée, “négresse domestique” of Monsieur de la Borde.  This is confirmation that there were blacks on the Island under the French regime, a fact we know from other documents.  Jean Pierre Roma at Trois-Rivières had black slaves and a black “domestique” of Commandant Villejouin was deported with him from Port LaJoye in 1758.

After the war the first priest at Saint-Pierre-du-Nord was Charles de la Goudalie, who came here in 1751 at the age of 72, having had many years experience in Quebec and Acadia.  The outpost of Saint-Pierre-du-Nord must have been a challenging assignment for a man of his age and he left within a couple of months.  The next priest to practise at Saint-Pierre-du-Nord was Father Jacques Girard, who up until now has been associated only with the parish of Pointe-Prime.  He came from the parish of Cobequid (now Truro), and was at Saint-Pierre-du-Nord for four months in the summer of 1752.

Girard was succeeded at Saint-Pierre-du-Nord by Father Jean Marc Perronnel whose first entry was on Christmas day in 1752.  In an entry two weeks later he signed himself “curé missionnaire de St Louis du Nord Est et de St Pierre du Nord”.  The parish of Saint-Louis-du-Nord-Est had been established along the Rivière-du-Nord-Est (Hillsborough River) a year or two earlier – its church being in the present Scotchfort.  Father Perronnel had a presbytère, for in several instances he mentions conducting ceremonies there.  In this regard he was probably more comfortable than the priests or chaplains at Port-LaJoye who often had to make do with quarters in the area of the soldiers’ barracks.

In 1755 Father Perronnel performed two baptisms involving families from Pointe-de-l’Est.  From census records it is known that there were a few fishing families living near Pointe de l’Est from about 1720 to 1752, more specifically at North Lake which the French called Tranche Montagne.  The register of Saint-Pierre-du-Nord indicates that they were still there in 1755 and there is no reason to believe that they were not there right up to 1758.  Thus Tranche Montagne presumably shares with Port-LaJoye and Saint-Pierre-du-Nord the distinction of being places on the Island which had French residents during the whole of the French regime from 1720 to 1758.

Father Perronnel kept Saint-Louis-du-Nord-Est under his wing until the arrival of Father Pierre Cassiet at that parish in 1753.  However, Perronnel was forced to return to France in 1755 on account of ill health – both physical and mental.4 He was replaced by Jean Biscarret who served until the British takeover, Father Biscarret’s last entry being on August 21, 1758 four days after Port-LaJoye capitulated to British forces.  At Port LaJoye, on the other hand, it appears that the priest left that parish in May of 1758 and entries in the register of that parish cease at that time.

This is not however the last entry in the register of Saint-Pierre-du-Nord.  On September 3 and 4, 1758 a burial and two marriages were conducted by Father Girard.  Curiously, these took place, not at Saint-Pierre-du-Nord, but at Trois-Rivières, suggesting that by the close of the French regime this former French settlement again had a few settlers.  It has been said that the priests hurriedly married people that fall, as their embarkment into British transports was imminent.  Perhaps this was intended to prevent the separation of unmarried couples among different transports or somehow conferred other advantages which would be beneficial during the trip or upon arrival in France.  In any event, these two marriage entries of Girard would suggest that there may be some truth to this legend.  There may have been more such marriages, but under the chaotic conditions prevailing, it would not be surprising that they did not get recorded in the register.

One of the things which is evident from the register is that cross-parish marriages were not uncommon, suggesting a fair degree of movement of people and social intercourse between parishes.  The people of Saint-Pierre-du-Nord appear to have had a significant degree of communication with the parishioners of Malpec, despite the distance separating these two parishes.  A considerable number of baptisms and marriages involving settlers of Malpec may be found in the register of Saint-Pierre-du-Nord.

Some names stand out as frequent witnesses or godparents at baptisms, marriages and funerals, suggesting that these individuals occupied a certain position of respect, distinction or leadership.  Marie Roger’s name stands out as does that of her husband, François Douville, and others in the Douville family.  Jean Baptist Veco, Jacques Veco, Jacques Oudy, Louis Aubin LeBuff, the community doctor, Dominique DuClos, and Louis Talbot are a few others.  Talbot conducted a number of burials at times when no priest was available.

The register of Saint-Pierre-du-Nord reveals a number of place names, some of which are familiar, others less so.  Havre-à-l’Anguille was used interchangeably with Havre-aux-Sauvages, particularly during the first half of the French regime, but during the second half the name Havre-à-l’Anguille apparently fell into disuse.  Tracadie, which was initially within the parish of Saint-Pierre-du-Nord, by 1753 became part of the parish of Saint-Louis-du-Nord-Est, following the establishment of that parish.

The village of Portage is referred to on a few occasions.  It was at the head of the Hillsborough River.  Marie Gentil and her husband, Jean-Baptiste Haché, described as residents of Portage, had a child baptized in 1736.  Madame Gentil’s name became better known in Island French history through Louis Franquet’s writing of her in 1751 while travelling between Port-LaJoye and Saint-Pierre-du-Nord.  Though by now widowed, she still lived, according to Franquet, by the portage, though he does not refer to a village by that name.5 Havre-de-Bonne-Fortune is mentioned.  Presumably, this is the same as Havre-de-Fortune or Baie-de-Fortune, the “Bonne” having gotten dropped.  There was also Havre-de-Bonne-Espérance, being dependent on the parish of Saint-Pierre-du-Nord – its location is unknown.

François Douville’s burial entry in 1757 is interesting in that it claims that Douville was the first resident of Île Saint-Jean.  Another interesting entry occurred in February 1758 when Father Biscarret married Paul Devaux and Marguerite Potier.  Both are described as refugees in the parish.  The groom’s parents, from Beaubassin, were said to be prisoners of the British.  The bride’s mother, formerly from Beaubassin, was living at Havre-aux-Sauvages, but the bride’s father was also a prisoner of the British.  Quite probably, the three parents were being held at Fort Cumberland, formerly Fort Beauséjour.

Though the last register entry made on Île Saint-Jean occurred in September 1758, there is one subsequent entry.  Made on April 18, 1759 at St-Malo, it gives a fleeting glimpse into the register’s journey to France.  On that date Marie Roger, Louis Talbot, Louis Aubin LeBuff and our friend, Simon Billard, ex-soldier, lover and blacksmith, and several others appeared before two notaries at St-Malo.  Charles de la Borde, formerly of Saint-Pierre-du-Nord and quite likely the man who owned the black slave, Dorothée, needed a baptismal extract concerning his son who had been baptized in Île Saint-Jean in 1750.  Marie Roger and Louis Talbot had been the godparents.

In testimony given before the notaries, it was stated that following the fall of Île Saint-Jean to the British, the register had come to St-Malo aboard one of the transports and had been given to a St‑Malo church official.  It was retrieved from the official in order to have a baptismal extract prepared, but the relevant baptism could not be found in the register.  It was stated that during the crossing from Ile Saint-Jean the transport was frequently buffeted by heavy seas and as a result the register had become wet, and unfortunately several pages within the 1750 section had gotten torn and mouldy or rotten.  Those appearing before the notaries remembered that the baptism was in October, who the officiating priest was, and who the witnesses and godparents had been.  This was good enough to produce a baptismal extract, even though the date in October was unknown.  Ironically, it turns out that the baptism probably never had been recorded in the register of Saint-Pierre-du-Nord.  The officiating priest was based at Port-LaJoye and it was in the register of Port-LaJoye where he chose to record it.  The record of the baptism, which occurred on October 5, is quite intact to this day!

Knowledge of who the priests were on Île Saint-Jean during the French regime and where and when they served, has been developed over the past 100 years or so without the benefit of information from the register of Saint-Pierre-du-Nord.  Indeed it has been the register of Port La‑Joye which has been the main source of information.  The compilation by D.C. Harvey is quite accurate in relation to the priests serving Port-LaJoye, but is somewhat less accurate regarding the other four parishes, including Saint-Pierre-du-Nord, for which only the period after 1752 is addressed.6 By taking into account the information provided by the register of Saint-Pierre-du-Nord, a greatly expanded and more accurate picture for that parish can be developed (Table 1).

Similarly, by using information from both parish registers, as well as certain other data, it is possible to present a more accurate and comprehensive compilation showing the service of priests at each of the three smaller parishes (Table 1).  It is unfortunate that the registers of Saint‑Louis-du-Nord-Est, Pointe-Prime and Malpec have not survived, for like the register of Saint-Pierre-du-Nord, they, too, could no doubt shed light on local history during the French regime.

 

Table 1

Service by priests at five parishes during the French regime on Île Saint-Jean7

 

Port-LaJoye

René -Charles de Breslay : April 17, 1721 – April 29, 1723

Louis de Metivier : July 25, 1721 – July 14, 1723

Louis Barbet Dudonjon : August 19, 1723 – June 11, 1724

Félix Pain : July 1 – July 3, 1725

Leonard Patin : July 26, 1725

Félix Pain : November 27, 1725 ; March 6, 1726; June 5, 1726 ; September 8 – September 21, 1726 ; Pierre-Joseph de Kergariou8 ; January 18 – January 24, 1726

Ignace Joseph Flamant : June 27 – June 29, 1727 ; December 24, 1727

Juan Despirac : December 13, 1727

Félix Pain : November 26 – December 4, 1727 ; February 2, 1728 : September 9 – November 7, 1728 ; April 21 – May 21, 1729 ; October 24 – October 31, 1729 ; May 14 – May 22, 1730 ; October 17 – November 3, 1730 ; May 9 – July 10, 1731 ; November 3, 1730 ; May 9 – July 10, 1731

Mathieu François Le Paige : December 3 – December 8, 1731 : February 23, 1732; April 23, 1732 : October 17 – October 31, 1732 ; January 31, 1733 ; April 7 – May 3, 1733 ; October 25, 1733

L.G. Bienne : October 10, 1733

Athanase Guégot : November 26, 1733 – June 20, 1735

Mathieu François Le Paige : October 20 – October 23, 1735

Anathase Guégot : December 12, 1735 – August 20, 1736

Angélique Collin : October 11, 1736 – July 21, 1737

Gabriel LeMoign : September 24 – October 27, 1737

Mathieu François le Paige : November 13, 1737

Gabriel Le Moign : December 17, 1737 – January 3, 1739

Ambroise Aubré : January 28, 1739

Gabriel Le Moign : March 12 – July 28, 1739

Ambroise Aubré : August 11, 1739 – June 30, 1741

Elie Kerviche : August 16, 1741 – May 11, 1744

Patrice LaGrée : September 15, 1749 – January 22, 1751

Alexis de Buron : January 15 – January 24, 1751

Patrice La Grée : January 26, 1751 – September 25, 1752

Isidore Caulet : August 16, 1752

Ambroise Aubré : October 9, 1752 – July 16, 1754

Pierre Cassiet : August 7, 1754

Père Orast (?) : August 25, 1754

Gratien Raoul : September 15, 1754 – July 30, 1755

Père Laforce : August 16, 1755

Gratien Raoul : August 17, 1755 – May 30, 1758

 

Saint-Pierre-du-Nord

Claude-François de Brevant : July 19 – September 17, 1724

Leonard Pain : August 4 – August 15, 1725

Pierre-Joseph de Kergariou : February 4 – February 5, 1726

Félix Pain : May 18 – May 26, 1728 ; August 22 – August 28, 1728 ; October 10 – October 19, 1728 ; July 6 – July 22, 1729 ; September 9, 1729 ; September 8 – September 19, 1730

Mathieu François Le Paige : January 6 – February 4, 1732 ; May 21 – June 2, 1732 ; September 8 – September 27, 1732 ; February 11 – February 25, 1733 ; May 14 – October 6, 1733 ; October 14, 1733 ; November 26, 1733 – October 17, 1735 ; November 16, 1735 – September 27, 1737 ; January 14, 1738 – June 21, 1739

Gabriel Le Moign : August 4, 1739 – September 3, 1740

Elie Kerviche : September 4, 1739 ; September 10, 1740

Gabriel Le Moign : September 11, 1740 – October 11, 1744

Elie Kerviche : October 18, 1744 – August 15, 1745

Samuel Riou : August 15 – August 16, 1745

Pierre Maillard : November 7 – November 12, 1747

François Marganne de Chapt de Lavaltrie9 : Date unknown, but included some time leading up to September/October 1748

Ambroise Audré : November 11, 1749

Charles de la Goudalie : May 26 – July 7, 1751

Alexis de Buron : March 18, 1751

Jacques Girard : July 13 – November 6, 1752

Jean Marc Perronnel : December 25, 1752 – August 18, 1755

Pierre Cassiet : August 29, 1755

Jean Biscarret : September 18, 1755 – August 21, 1758

 

Saint-Louis-du-Nord-Est

Jean Marc Perronnel : December 1752 – 1753

Pierre Cassiet : 1753 – September 1758

 

Malpec

Pierre-Joseph de Kergariou : March 26, 1725 (Mi’kmaq mission)

Mathieu François Le Paige : Prior to September 1734 ; May 1, 1735 ; November 3, 1738

Père Duguay10 : Date unknown, but before 1753

Samuel Riou11 : Date unknown, but included a period of time leading up to August 1, 1745

Bernard Sylvestre Dosque : 1753 – August or September 1758

 

Pointe-Prime

Jacques Girard : 1752 – September 1758

__________________________________

1 Transcripts of the parish regiser of Saint-Pierre-du-Nord are available at the Prince Edward Island Archives and Records Office, at the Centre d’études acadiennes (CEA), Université de Moncton, and at the National Archives of Canada (NAC), Ottawa.  Microfilm copies of the original register are held by the CEA and NAC.

2 John C. MacMillan, The History of the Catholic Church in Prince Edward Island from 1835 till 1891 (Québec, 1913), pp. 295-296; The Weekly Examiner and Island Argus, Charlottetown, 23 November 1883, p. 1.

3 Archives Nationales (Paris), Archives des Colonies, Série C11C, Vol. 8, pp. 191-192, “Inhabitants’ [of Saint-Pierre-du-Nord] petition to Monsieur Benoit”.  The document is undated, but from its context can be determined to have been written in September or October 1748.

4 L’Abbé L’Isle-Dieu au Président du Conseil de Marine, 23 déc. 1755, Rapport de l’Archiviste de la Province de Québec, 1937/38, p. 173.

5 Louis Franquet, Voyage de Franquet aux Iles Royale et Saint-Jean, Rapport de l’Archiviste de la Province de Québec, 1923/24, pp. 118 et 121.

6 See D.C. Harvey, The French Régime on Prince Edward Island (New Haven, 1926), pp. 240-243.  Harvey’s compilations are echoed in Henri Blanchard’s two books, Histoire des Acadiens de l’Ile du Prince-Edouard (1927), pp. 75-76 and The Acadians of Prince Edward Island (1964), pp. 53-55.  However, in the case of Saint-Pierre-du-Nord, Harvey’s errors have been compounded in Blanchard’s second book.

7 With a few exceptions, dates are those on which baptism, marriage or internment rites were conducted.  The dates on which priests began and finished their service in any given parish may be somewhat earlier or later, respectively, than the dates indicated, since rites would not necessarily be performed on the first and last days of service.  Prior to 1749 some rites which are recorded in the register of Port-LaJoye involved residents of Saint-Pierre-du-Nord, and some of these rites were no doubt conducted at Saint-Pierre-du-Nord.  Thus, the extent to which Saint-Pierre-du-Nord was visited by priests based at Port-LaJoye is probably greater than indicated in this compilation.  This appears to be particularly true during the tenure of Father Patrice LaGrée, 1749-1751.  The information upon which this compilation is based is drawn largely from the registers of the parishes of Port-LaJoye and Saint-Pierre-du-Nord.  For Port-LaJoye the compilation largely reproduces that first published in D.C. Harvey, The French Regime in Prince Edward Island, New Haven, 1926, pp. 240-242.  Copies and transcripts of the registers are available in Canada at the Prince Edward Island Record Office, Charlottetown, the Centre d’études acadiennes, Université de Moncton, and the National Archives, Ottawa.  At the later repository the citations for these registers are:

Port-LaJoye:  MG1, G1, Vol. 411, Microfilm reel no. F-595 (original) and C-1472 (transcript)

Saint-Pierre-du-Nord:  MG6, A4, Ser. E, Microfilm reel no. F-817 (original) and C-2970 (transcript)

8 Information concerning Father Kergariou is from a small register kept by him and now residing in the Fonds Casgrain, Archives du Séminaire de Québec.

9 Inhabitants’ [of Saint-Pierre-du-Nord] petition to Monsieur Benoît, Archives Nationales (Paris), Archives des Colonies, C11C, Vol 8, pp. 191-192.  The document is undated, but from its context can be determined to have been written in September or October 1748.

10 Letter of Abbé L’Isle-Dieu to Mgr H.-M. de Pontbriand, 20 June 1754, Rapport de l’Archiviste de la Province de Québec 1936/1937, Québec, 1937, p. 377.

11 See register of Saint-Pierre-du-Nord.

 

Saint-Pierre-du-Nord : une nouvelle voix du passé

2002 par Rob Ferguson

Rob Ferguson, archéologue au Centre de service de l’Atlantique de Parcs Canada

 

Vers 1764, Thomas Wright effectua des levés de la baie St. Peters dans le cadre du projet de Samuel
Holland en vue d’établir des propriétés pour le nouveau gouvernement britannique à l’Île-du-Prince-Édouard.  Grâce à ses travaux, Wright nous a légué un très précieux document d’une époque révolue : un indice visuel de l’établissement, aujourd’hui masqué, de Saint-Pierre-du-Nord.  Son plan des propriétés proposées dans le Lot 40 comprend un registre des parcelles laissées vacantes par l’éviction des résidants français en 1758.  On peut voir neuf fermes le long de la côte nord de la baie St. Peters dans le secteur de Greenwich, qui a été annexé au parc national de l’Île-du-Prince-Édouard en 1998.

Pendant deux ans, les archéologues de Parcs Canada, en collaboration avec le Musée canadien des civilisations, la Commission géologique du Canada, les universités Mount Allison et Memorial, Archaeoconsulting et Epekwitk Heritage Consulting, ont cherché les traces d’un établissement humain à Greenwich.  Cet établissement se serait étendu sur environ 10 000 ans, depuis l’arrivée des premiers peuples que le recul des glaciers força à se déplacer vers d’autres terres2.  Au fil des millénaires durant lesquels des peuples des Premières Nations vécurent le long du littoral de la baie St. Peters, cette profonde vallée fluviale se transforma graduellement en la baie d’eau salée que nous connaissons aujourd’hui.  L’abondance des richesses naturelles de la terre permit aux ancêtres des Mi’kmaq de prospérer.  Les Mi’kmaq accueillirent les premiers colons français, qui arrivèrent en 1720.  L’année précédente, le comte de Saint-Pierre avait reçu les droits d’exploitation commerciale de l’Isle Saint-Jean et des îles adjacentes dans le Golfe du Saint-Laurent.  En 1720, il envoya trois vaisseaux de La Rochelle pour installer son centre administratif à Port-la-Joye et un établissement de pêche à Saint-Pierre-du-Nord, également connu sous le nom de Havre Saint-Pierre.  Quelques années plus tard, cependant, la compagnie fit faillite, et le gouvernement français prit le contrôle de la colonie.

Saint-Pierre devint le carrefour de la population française à l’Île.  Son économie reposait sur la pêche et l’agriculture, et ses occupants venaient de France et d’Acadie.  La communauté continua de croître malgré les troubles politiques, jusqu’à ce que l’Angleterre ordonne l’éviction des citoyens français en 1758.

Un recensement effectué en 1752 par le Sieur de la Roque répertoriait sept familles sur la rive nord de la rivière Saint-Pierre.  Dans chacune de ces familles, le mari ou la femme était membre de la famille Oudy d’Acadie.  À l’époque, l’aînée était Marguerite Saulnier, veuve de Jacques Oudy,  Un fils, Joseph, se maria en 17544, ce qui expliquerait peut-être l’existence d’une des deux propriétés supplémentaires illustrées par Wright.  Après l’avancée des colons anglais sur les terres, les celliers et les puits, les dépendances et les champs du clan Oudy disparurent graduellement sous les sillons des charrues.  Aujourd’hui, les champs de gazon et les lignes tracées par les vieilles clôtures témoignent clairement de cette occupation subséquente, mais qu’est-il arrivé à Saint-Pierre-du-Nord?

Une reconnaissance initiale de la région a été effectuée en 1987, dans le cadre de l’évaluation environnementale d’un projet de villégiature5.  La Cataraqui Archaeological Research Foundation a identifié les endroits où l’on pouvait trouver des artefacts français du 18e siècle, mais n’a pas pu retrouver de vestiges de Saint-Pierre-du-Nord.

Selon le folklore local, un cellier profond situé sur une crête rocheuse à l’extrémité occidentale du parc aurait été le site de l’église française d’origine.  Toutefois, des preuves historiques situent sans équivoque l’église du côté opposé de la baie6 , et le cellier est trop grand pour les maisons typiques de cette période7 .  Néanmoins, Kevin Leonard, de Mount Allison University, a creusé une fosse d’excavation à l’extérieur du cellier pour vérifier la possibilité d’une association avec les Français.  Les artefacts associés à la construction ont permis de confirmer qu’il s’agissait d’une résidence britannique datant de la fin du 18 siècle et du début du 19siècle.

Cependant, sous ce niveau, se trouvait un tertre (de détritus) plus ancien datant de l’établissement français.  Sans aucun doute, le fermier britannique avait bâti sa maison sur le point proéminent qui avait attiré le premier colon.  Cette couche plus profonde était un riche dépôt contenant des artefacts, des os d’animaux et même des graines de céréales jetées par une des familles Oudy.  Des fragments de bols verts émaillés de la Saintonge, des pipes d’argile, des clous de fer forgés à la main, des plombs, des épingles droites et même une plaque de serrure en laiton furent jetés dans la cour.  On y a découvert sans surprise un grand nombre d’arêtes de poisson, notamment de morue, d’anguille, de plie et de maquereau.  On a également constaté la présence d’animaux domestiques – vaches, moutons, porcs et poulets.  Les habitants chassaient le rat musqué, le lynx, le vison et le lapin, la gélinotte huppée, la tourte et le canard, et rapportaient leur gibier à la maison.  Plusieurs souris, dont des hordes de campagnols des champs qui détruisirent les récoltes à plusieurs reprises8, se frayaient un chemin dans les détritus et y mouraient.  Même les cadavres du chien et du chat de la famille se trouvaient parmi les ordures9 .  Un certain nombre de grains de céréales, dont probablement du blé et de l’avoine, ont été récupérés grâce à la flottation des sols minutieusement effectuée par le Dr Leonard.  LaRoche mentionne le blé, l’avoine, les pois et le lin parmi les cultures des familles Oudy.

Il ne fait aucun doute que la maison de ferme britannique avait été construite sur une propriété familiale française antérieure.  Il s’agit peut-être de la ferme la plus à l’ouest sur le plan de Wright, et c’est la seule preuve visible sur laquelle nous pouvions nous fonder.  Pour poursuivre plus à fond nos recherches, nous avons utilisé un EM-38, instrument de géophysique permettant de lire la conductivité électrique et la susceptibilité magnétique des sols.  Les modifications de ces propriétés dans le sol nous permettent de détecter des formes enfouies qui peuvent être des indices culturels.  Cet instrument avait joué un rôle critique dans la découverte du site d’une maison sur la propriété de Michel Haché-Gallant au lieu historique national Port-La-Joye-Fort Amherst en 198710.

Des travaux préliminaires avec le EM-38 à Greenwich en 2000 nous ont permis de repérer un deuxième cellier français.  Une petite excavation a montré que des lectures concluantes marquaient la limite d’une cave à légumes creusée dans le sol.  Les fermiers suivants avaient rempli le cellier avec de la terre meuble et des pierres jusqu’au niveau du sol.  On a trouvé sur le plancher du cellier un grand nombre d’objets perdus ou cassés, notamment des clous, du verre, de la céramique et un couteau au manche en os.

L’été dernier, nous avons entrepris une étude complète avec le EM-38, couvrant presque tout le secteur entre les deux celliers (environ 265 m) et le secteur autour du cellier enfoui.  Les lectures n’ont presque rien révélé dans le champ intermédiaire, mais on a constaté des anomalies frappantes dans le secteur du cellier.  L’alignement régulier indique que nous pouvons cartographier non seulement le cellier, mais également la cour clôturée qui l’entoure et peut-être une deuxième résidence dans l’enceinte.  Ce secteur mesure environ 20 m sur 20.  Il aurait contenu les maisons, les dépendances et les hangars pour les animaux, un potager et un puits.

Au cours des années à venir, nous espérons poursuivre les levés à l’aide du EM-38 pour chercher les sept autres maisons cartographiées par Wright.  Jusqu’à maintenant, seulement de très petits secteurs des deux sites français identifiés ont été excavés.  Stephen White, du Centre d’études acadiennes de l’Université de Moncton, a émis l’hypothèse que les membres de la famille Oudy pouvaient avoir été parmi les quelque 300 personnes embarquées sur le navire Violet en 1758 pour être déportées en France11 .  La perte du Violet quelque part dans l’Atlantique aurait décimé cette  famille.  Les nouvelles recherches de Parcs Canada à Greenwich, dans le parc national de l’Île-du-Prince-Édouard, redonnent une voix à cette famille et ouvrent une fenêtre sur une période importante de l’histoire française à l’Isle Saint-Jean.

_________________________________

A Plan of Lot No. 40 Situated in King’s County in the Island St. John; Same Size from the Original Field Book by Thos. Wright, Archives publiques de l’Île-du-Prince-Édouard, no d’acquisition 0758E.

2 Voir, par exemple, David Keenlyside (1985), « La période paléoindienne sur l’Île-du-Prince-Édouard », Recherches Amérindiennes au Québec, Vol. XV, Nos 1-2, pp. 119-126.

3 « Sieur de la Roque 1752 Census for Prince Edward Island/Ile Saint Jean », transcription de Report of the Canadian Archives for 1905, pp. 75-165, Archives nationales du Canada.  Accessible sur le site Web Island Register de David Hunter, http://www.isn.net/~dhunter/index.html

4 Don Blanchard, The Ancestors of Modeste Blanchard, www.geocities.com/hookspei/modeste.html

5 Cataraqui Archaeological Research Foundation, 1987, An Archaeological Assessment of St. Peters Bay Estates, St. Peters Bay, Kings County, Prince Edward Island.  Manuscrit rédigé pour Morello Associates.

6 C’est ce qu’indiquent au moins trois cartes britanniques dessinées entre 1760 et 1764; voir par exemple Sketch of the Island of St. John’s in the Gulf of St. Lawrence, Archives nationales du Canada, H3/204 (1764) NMC 1853 (original du British Museum).

7 On trouvera une synthèse de l’information archéologique sur la construction des maisons acadiennes dans Andrée Crépeau et David Christianson (1995), « Home and Hearth: An Archaeological Perspective on Acadian Domestic Architecture ».  Canadian Folklore Canadien, Vol. 17, No 2, pp. 93-109.

8 Ian MacQuarrie, 1987, « Plagues of Mice », The Island Magazine, No 21.

9 Frances L. Stewart (2001), « A Zooarchaeological Sample Excavated from the Greenwich Historical Site in July, 2000 ».  Manuscrit au dossier, Parcs Canada, Halifax.

10 Robert Ferguson (1990), « The Search of Port LaJoye: Archaeology at Isle Saint-Jean’s First French Settlement », The Island Magazine, No 27, pp. 3-8.

11 Stephen White (2001), « What became of the People of Saint-Pierre-du-Nord after 1758? ».  Communication présentée à Discovering the History and the People of Saint-Pierre-du-Nord, mini colloque parrainé par le Comité historique Soeur-Antoinette-DesRoches.




Registre de Port-La-Joie en l’Isle Saint-Jean (1721-1758) – 4e partie

1986 par Francis C. Blanchard

Francis C. Blanchard

 

Le 3 novembre 1750 on trouve cinq actes de mariage, tous signés par le Frère Patrice LaGrée.  Deux des mariages voyaient deux frères Arsenault se marier à deux soeurs Boudrot.  Sans doutes, ce fut une occasion de grandes fêtes dans la communauté de Malpec.

A.  Il y avait le mariage entre françois doucet fils de françois Doucet et de Marie Caré, de la paroisse de Malpec et Marguerite Jacquemain fille de Pierre Jacquemain et de Marguerite Haché de la paroisse de Port LaJoye.

B.  Il y avait le mariage entre pierre Arsenault fils de Charles Arsenault et Cécille Bros, de la paroisse de Malpec et Marie Boudrot fille de Claude Boudrot et de Judic Belliveau de la paroisse de St.-Pierre.

C.  Il y avait le mariage entre Jean Arseneau fils de Charles Arseneau et de Cécille Bros, de la paroisse de Malpec et Madelaine Boudrot fille de Claude Boudrot et de Judic Belliveau de la paroisse de St.-Pierre.

D.  Il y avait le mariage entre Jean Arsenault fils de Jacques Arseneau et de Marie Poitvin de la paroisse de Malpec et macdelaine Boudrot fille de françois Boudrot et de Jeanne Landry de la paroisse de St. Pierre.

E.  Il y avait également le mariage entre Jean Oudy fils de Jacques Oudy et de Marguerite Poirier de la paroisse de St.-Pierre à marie Blanchard fille de françois Blanchard et de Marguerite Caré, de la paroisse de Malpec.

François, gentilhomme, Blanchard est né en 1686, donc 200 ans passés, à St.-Marc LeBlanc en Bretagne, France.  Avant son arrivée à l’Isle Saint-Jean il est d’abord passé en Acadie.  François Blanchard et Marguerite Caré ont eu 7 enfants:  5 filles dont Marie et 2 garçons, Jean et François.  Les deux garçons sont les ancêtres de tous les Blanchard de l’Île-du-Prince-Édouard selon Rustico, une paroisse acadienne.

Un personnage très important fut inhumé à Port LaJoye le 6 janvier 1752.  Ce qui suit est la transcription de l’acte de sépulture :

“Ce Sixième janvier 1752, a esté par moy soussigné inhumé le cimetière au Port LaJoye le Sr. françois Marie Degoutin Doyen du Conseil Supérieur, subdélégué de Monsieur l’intendent de la Nouvelle France et Guarde de Magasin pour le Roy au port LaJoye, décédé de hier après avoir reçue tous ses sacrements, âgé d’environ soixante cinq ans,

En foy de quoy, j’ay signé
fre patrice LaGrée.”

Le prochain acte est de la sépulture d’une personnalité qui a fait fort belle figure en Acadie avant son arrivée à l’Isle Saint-Jean.  Le Sieur Joseph Nicolas Gautier s’est établi à St.-Louis-du-Nord-est où il donna le nom Belair à sa nouvelle habitation – le même nom qu’il avait appelé son habitation à Port-Royal qu’il a quittée par nécessité.  En 1751 Nicolas Gautier a fourni une large part de ce qu’il fallait en bois pour la construction de la nouvelle église.

“Ce 2 avril 1752, a esté inhumé au dessus de la Source à Belair dans la rivière du Nord-Est le Sieur Joseph Nicolas Gautier agé d’environ 63 ans, après avoir reçu ses sacrements, décédé hier environ les dix heures du soir, espoux de dame Marie Alain, native de Port Royal en l’Accadie et le dit Sieur Joseph Nicolas Gautier originaire de Rochefort.

Signé:  fre patrice LaGrée.”

La paroisse de St.-Louis-du-Nord-est se trouvait à Scotchfort, à côté de l’actuel Mount Stewart.  On y voit encore le cimetière qui fut utilisé aussi par les Écossais catholiques à partir de leur arrivée à l’Isle Saint-Jean, en 1772.  À côté du cimetière le chercheur peut s’apercevoir d’une dépression au sol.  D’après feu mon père, J.-Henri Blanchard, c’était probablement là l’emplacement de l’église St.-Louis-du-Nord-est.

M. l’abbé Jean Perronet, curé de la paroisse St.-Louis-du-Nord-est fait l’entrée d’un baptême le 16 juillet 1753.  Il fut curé à St.-Louis de 1752 à 1753.  Il est ensuite envoyé dans la paroisse St.-Pierre-du-Nord où il est assistant au curé de 1753 à 1758.

Le 7 août 1754, on trouve l’acte du baptême de Pierre Marin Pitre inscrit par l’abbé Pierre Cassiet, curé de St-Louis-du-Nord-est.  L’abbé Cassiet fut tout d’abord curé dans la paroisse de la Sainte-Famille de Malpec (Low Point près de Port Hill) de 1752-1753; et ensuite, il fut curé de 1753 à 1758 de la paroisse de St-Louis-du-Nord-est.

L’abbé Cassiet fut une figure de grande marque d’abord en Acadie et ensuite à l’Isle Saint-Jean.  Lors de la Déportation de 1758, l’abbé Cassiet fut choisi avec l’abbé Biscaret, curé de la paroisse St-Pierre-du-Nord, pour aller porter la pétition des habitants acadiens de l’Isle Saint-Jean aux autorités anglaises à Louisbourg.  La pétition demandait qu’on accepte la soumission des habitants acadiens et qu’on leur permette de demeurer sur leurs terres.

L’effort des curés fut en vain.  Le Général Jeffrey Amherst et l’Amiral Boscawen ont demeuré insensible et inflexible devant les porte-paroles.  Ils ont ordonné l’évacuation complète des Acadiens de l’Île.

L’abbé Pierre Cassiet fut déporté avec les habitants de l’Île, et on le retrouve plus tard en France, où finalement, il est devenu le supérieur du Calvaire à Betharram près de Lourdes.  D’après la tradition de la famille Cassiet, l’abbé fut traité avec beaucoup d’inhumanité par les gardes au cours de la traversée.  Et lorsque la Révolution française a éclaté, l’abbé Cassiet a du encore confesser sa foi une deuxième fois et a dû se réfugier en Espagne.

 
Nous trouvons également dans ce registre une entrée signée par l’abbé Jacques Gérard curé de la paroisse St-Paul à la Pointe Prime.

“Ce 6 février 1755, je soussigné, certifie que M. Gérard curé de la pointe prime a baptisé à la Rivière du Nord, anne madeleine née le 16 7 bre 1754, de légitime mariage de François Landry et de marie Joseph Babin parain et maraine ont été Joseph Landry et Anne Madeleine Landry.

Signé à la minute:  Girard
Signé:  fre Gratien Raoul”

L’abbé Girard fut un des grands prêtres célèbres de l’Acadie.  Sa vie apostolique en est une de grand héroïsme.  Il est arrivé en Acadie en 1733 et est envoyé desservir la paroisse de Beaubassin.  En 1742 il est nommé curé à Cobequid (Truro).

Pendant ses fonctions à la cure de Cobequid il fut emprisonné à Halifax avec quatre de ses paroissiens pour avoir conseillé à ses paroissiens de ne pas prêter le serment de fidélité sans réserves que l’on exigeait du peuple.

On lui permit plus tard de sortir de prison pour desservir les habitants du Bassin des Mines.  Il fut enlevé par un groupe de Micmacs, et il se cacha dans la forêt jusqu’au printemps de crainte de tomber à nouveau entre les mains des autorités.  Il réussit à passer à l’Île St-Jean où il s’occupera de la cure de St-Paul à la Pointe Prime.

Lors de la Déportation il embarqua à bord du “Duke William” avec ses paroissiens.  Ce bateau fera naufrage à l’ouest de l’Angleterre, mais l’abbé Girard réussit à s’échapper dans une chaloupe.   Finalement, il arriva en France et fut nommé aumônier à l’Abbaye de Jouarre.

Le 26 mai 1755 l’abbé Joseph-Sylvestre Dosque curé de la Sainte-Famille à Malpec signe l’acte de baptême de Marie Joseph Bourg :

“Ce jour 26 may 1755, je soussigné, certifie que M. Dosque, curé de la paroisse de Malpeck a baptisé marie joseph, le 22 may de 1754, née le 2 x bre 1753, de légitime mariage de Jean Bourg et de Françoise Douaron, habitants de la rivière des Crappeaux.  Parrain et maraine ont estée Louis Bourg et marie Rose Douaron.

Signé sur l’extrait délivré:  Dosque et
fr: Gratien Raoul.”

Lors de la Dispersion, l’abbé Dosque a pu s’esquiver au Québec.  Plus tard il devint le curé de la cathédrale Notre-Dame à Québec.

La prochaine entrée est l’acte de sépulture de Jean Le Prince agé de 28 ans dans le cimetière de St-Paul la Grande-Ance (Orwell Bay près d’Eldon).

 “Ce 21 février 1751, a esté par moy, soussigné faisant les fonctions curiales, inhumé dans le cimetière de St-Paul, à la Grande ance Jean LePrince âgé d’environ 36 ans, mort en enfance sans sacrement, n’ayant jamais eu aucune connaissance.

Signé:  fr. Patrice LaGrée.”

De temps à autres on trouve les noms d’Anglais ou d’Irlandais dans le registre :

“Ce 29 juillet 1755, je soussigné, ay baptisé un fils nommé Jean Baptiste, de nation anglaise, agé de 19 ans, son père appellé nicolas Samson, sa mère Elisabeth, habitans du port Royal.  Parain et maraine Jean baptiste perial, Ursule Robicho.

Signé:  Mezzin LeRoy, Laviolette et fre Gratien Raoul.”

On sait qu’il y a eu un cimetière à Tryon.  L’entrée ensuite semble le confirmer.  Pendant le Régime français la rivière Tryon se nommait la rivière des Blonds.

“Ce 7 mars 1746, a été inhumé dans le cimetière des Blonds, un fils agé de 14 mois nommé Raphael, née de légitime mariage d’Eustache Bourg et de Marguerite Daigre.

Signé:  fre Gratien Raoul.”

Même si les Acadiens de l’Acadie avaient à endurer de tracas insupportables pendant les années 1750, cela n’a pas empêcher à certains de vivre à un âge très avancé, ce que témoigne l’acte suivant :

“Le 4 aoust 1750, a esté inhumé dans la paroisse isle de St-Jean, au port LaJoye Germain Teriot agé de 87 ans fils de Germain Teriot et d’André Bernard, de la paroisse du Port Royal lequel après avoir reçu tous ses sacrements a esté inhumé par moy soussigné dans le cimetière du port LaJoye.

Signé:  fre Patrice LaGrée.”

Des noms de lieux qui figurent dans ce registre pour lesquels nous avons les noms d’aujourd’hui sont :

Rivière des Blancs -            Johnson’s River
Rivière de l’ouest -            West River
Rivière du Nord -            North River
Rivière du Nord-Est -            East ou Hillsboro River
Rivière des Crapeaux -        Crapaud River
Le Petit Maret -            Pownal Bay
L’ance aux Morts -            Mermaid Cove
La Grande Ascension -        Vernon River
La Petite Ascension -            Fullerton’s Creek
L’ance aux Sauvages -        Cove à Rocky Point
L’ance à Pinet -            Pinette Bay
Le Havre aux Sauvages -        Savage Harbour
St-Pierre du Nord -            St. Peter’s Harbour
L’ance aux Pirogues -        Stewart Cove
L’ance aux Sangliers -        Holland Cove
Tracadie -                Tracadie
L’ance à Dubuisson -            Walker’s Cove
La Pointe Prime -            Point Prim
L’Ance à la Pointe du Nord-ouest -    Nine Mile Creek
Des Estangs -                St. Peter’s Lake
L’Ance aux Matelots -        Alexandra
Rivière des Blonds -            Tryon River

Des noms de lieux pour lesquels nous n’avons pas les noms aujourd’hui, entre autres, sont :

La Terre Rouge, L’Ance du Nord-est, Ruisseau Vincent, Ruisseau la France, L’Ance aux Landry, L’Ance Compte St.-Pierre, Ruisseau des Mats.

Ce qui suit est l’acte de sépulture d’un noble homme et personnage important de la colonie.

“L’an 1744, le 26 mars, j’ay soussigné inhumé environ les 11 heures du matin dans le cimetière de ce havre, le corps de nobel homme Ecurier Robert potier du Buisson, mort du jour précédent environ une heure après midy natif… subdélégué de M. l’intendent de la nouvelle france.

Signé:  fre Elie Kvielze.”

L’acte suivant enregistre le baptême d’un enfant illigitime.  Au bas de l’acte il y a un ajout intéressant :

“Le 26 juin 1754, j’ai baptisé pierre, né le même jour, de marie Vincent qui n’a pas voulu en déclarer le père.  Parain et maraine ont été pierre Herbert et marie Michel.

Signé:  fre Ambroise Aubré

(Le lendemain le père s’est déclaré avec promesse d’épouser la fille)”

L’acte suivant signé par le frère Elie Kvielze porte un intérêt spécial :

“Le 25 9 bre de l’année 1743, moy, fre Elie K. recolet, je soussigné ay donné la bénédiction nuptialle à Etienne Charles philippe fils de pierre philippe, et de catherine Géraud, soldat au détachement marine et à marie Mazeromme et de genevieve fovel, natif du port Royalle, évêché de Québec, lesquels m’aïant aporté un graçon d’environ 18 jours provenu d’eux, pour le faire legitimer, l’ay mis sous le voille et légitimé selon le rit de la Ste Église et ordonnance de Monseigneur de Québec en recevant leur mutuel consentement et foy de mariage, après quoy, nous avons supplée aux cérémonies de son baptême en présence des témoins qui ont signé avec nous.
Signé:  Etienne Chelle philippe -
Le chlr Duvivier
Le chavalier Duchambon – De la
Brejonnière – Potier
Dubuisson – Duchambon Decoux -
Dentremont decoux – Anne henriette
Duchambon et fre Elie Kvielze aumônier”

Une petite île qui est située dans la rivière Hillsboro juste en face de Fort Augustus s’appelle l’île Glenfinnan.  Pendant le Régime français, selon mes recherches, cette île se nommait l’Île au foin.

Les deux extraits suivants sont des sépultures qui ont eu lieu à l’Île au foin.  L’époux et l’épouse sont décédés un après l’autre et sont enterrés sur deux jours consécutifs :

“Ce 29 mars 1751, a esté inhumé à l’isle au foin à cause des mauvais temps, Pierre Douaron agé d’environ 45 ans après avoir esté confessé, époux de Marguerite Bro.

Signé:  fre Patrice LaGrée.”

“Ce 28 mars 1751, a esté inhumée à cause des mauvais temps, à l’isle au foin, Marguerite Bro agée de 26 ans, épouse de Pierre Douaron, après avoir été confessée.

Signée:  fre Patrice LaGrée.”

Nous trouvons dans les entrées du registre de nombreux soubriquets :

“Le 12 avril 1752, a esté inhumé dans le cimetière du port Lajoye du costé du couchant au bas du cimetière René… dit pret à rire, soldat de marine de la compagnie de M. Lavillière, agé d’environ 25 ans, ayant été trouvé mort dans les glaces et ayant sur luy des marques de chrétien, je luy ay donné la sépulture écclésiastique avec les cérémonies ordinaires.

Signé:  fre patrice LaGrée.”

Ce fut une mort tragique pour cet homme qui semblait toujours rayonner le bonheur.

Selon un dénombrement rapide fait de ma part, il y a eu à Port-LaJoie quelque 143 sépultures.  Sans doute, il y avait des sépultures faites à cet endroit en absence d’un prêtre et ainsi n’auraient pas été enregistrées de la façon coutumière.  Où est l’emplacement de ce cimetière?  Personne à l’heure actuelle semble le savoir.  Peut-être, dans un avenir pas si lointain, Parcs Canada fera les fouilles nécessaires à sa redécouverte…

Plus de 50 pour cent des entrées du registre sont de 1749 à 1758.  C’est à partir de 1749 qu’on a vu la grande émigration acadienne se diriger vers l’Isle Saint Jean suite à la construction du fort à Halifax et que les autorités britanniques ont commencé à parler de Déportation.  Présentement à l’Île-du-Prince-Édouard, nous avons le nom de famille Longaphie.  Ce nom selon ce registre était Longuepée, Longueépée, Longue espée ou Longeépée.  Nous avons également les familles Deagle à l’Île qui sont d’origine acadienne.  Ce nom de famille était D’aigre ou Daigre selon le registre.  Au Nouveau-Brunswick le nom est Daigle.  Le nom de famille Doiron était parfois épellé Doiron, Douäron, Douaron, Douaïron et Doeron.

En conclusion je cite du registre une des trois conversions faites à Port-LaJoye.

“Ce 11ème jour de janvier 1755, je soussigné et certifie Aumonier du Roy, curé de la paroisse du port LaJoye et supérieur de l’isle St Jean qu’Abraham Louis predreman, actuellement de cette paroisse, fils de feu Jean predreman et de marguerite Clotre, natifs de Canton de Berne dans l’allemagne suisse, a de ferme foy confessé entre mes main en face d’église et en présence de Gabriel Rousseau ecuyer, Sieur Villejouin chevalier de l’ordre militaire de St Louis, major et commandant pour le Roy à l’isle St Jean, de Michel Rousseau, écuyer Sr de Dorfontaine, capitaine d’infanterie et de Louis melchior Vareille, sieur de la Bregeonnière, capitaine et aide major de l’isle St Jean et autre témoins qui ont icy signés avec moy, tant en général qu’en particulier les articles contenus au Symbole de le foy dont se sert la Ste Eglise Catholique, apostolique et romaine, a reçu sans aucun doute toutes les autres choses qui ont été données, définies et déclarées par les sacrés canons et principalement par le saint concile de trente.  En même temps a condamné, rejetté anathematisé, renoncé à toutes les hérésies que l’église Catholique, apostolique et Romaine a condammées Rejettées, anathematisées, a enfin promis, vouée juré sur les saints évangiles de Dieu, tenir et confesser sans aucune contrainte cette vraye foy catholique sans laquelle personne ne peut être sauvé et a promis de la garder constamment moyennant la grâce de Dieu, jusqu’au dernier soupir de sa vie et tant qu’il luy sera possible la faire tenir, garder et observer par touts ceux desquels il aura charge en sa maison et en son état et au cas qu’il luy avienne de faire le contraire à l’avenir il se soumet à toutes les peines portées par les Sts decrets et constitutions canoniques, en conséquence je l’ay absous de l’excommunication par luy encourru en vertu du pouvoir qui m’en a été donné par l’ordinaire suivant l’ordonnance au port Lajoye les dits jours et an que dessus.

Rousseau de Villejouin, L. Vareille de Brejeonnière
Rousseau de Dorfontaine, Chatton, Yvoanry
Maillardet et fr: Gratien Raoul, Recollet.”