Résultats: ‘Bernice Doiron’

Souvenirs d’une première dame

2002 par Bernice Doiron

Bernice Doiron

 

Durant l’été 1979, il fut publié dans The Journal-Pioneer de Summerside et The Guardian de Charlottetown que 13 personnes étaient en ligne pour accéder au poste de lieutenant-gouverneur de l’Île-du-Prince-Édouard.  Cette fin de semaine-là, les membres de notre famille, se retrouvant à notre chalet, nous ont beaucoup taquinés à propos de notre emménagement dans la « Grande maison », Fanningbank, car mon mari Aubin était inscrit sur la liste.  Plus les mois passèrent et plus cela semblait devenir réalité.  C’est à ce moment-là que j’ai commencé à m’inquiéter, incertaine d’être assez bien préparée pour une telle aventure.

Mon mari Aubin était très actif dans la communauté de Summerside, dans les activités acadiennes telles celles du Musée acadien et de l’Association du Mardi gras, et dans bien d’autres, comme celles des Chevaliers de Colomb, du Club Kinsmen, de l’Association canadienne dentaire, pour n’en nommer que quelques-unes.  J’étais certes capable de recevoir, autant à la maison que dans la communauté, ce qui était un atout pour une future « première dame ».

La grande nouvelle arriva enfin quand le très honorable Joe Clark, premier ministre du Canada, a téléphoné pour offrir le poste à mon mari.  Aubin accepta humblement d’être le représentant à l’Île-du-Prince-Édouard de Sa Majesté la reine Élisabeth II, durant un terme qui durerait cinq ans et demi.

La nomination était encore plus significative pour lui, car il n’était que le second Acadien à occuper le poste de lieutenant-gouverneur de l’Île-du-Prince-Édouard.  Il fut décidé que nous déménagerions à Fanningbank le 12 janvier 1980.

Le 14 janvier 1980, Son Honneur Joseph-Aubin Doiron fut assermenté en tant que 22e lieutenant-gouverneur de l’Île-du-Prince-Édouard, au palais de justice Sir Louis Henry Davies, entouré de nos enfants, membres de la famille, amis et dignitaires représentant les divers niveaux de gouvernements fédéral, provincial et municipal.  L’événement fut suivi d’une grande réception et plus tard, la famille et les amis nous ont rejoints chez nous à Fanningbank.

Les prochaines cinq années et demie furent très occupées, très exaltantes et, parfois, très exigeantes.

Nous avions un personnel de cinq personnes engagées à plein temps qui s’occupaient efficacement des affaires de la maison.  Je discutais avec eux de toutes les activités qui se déroulaient à la maison, telles les dîners, les bals, les thés, les déjeuners, les visites de dignitaires et de groupes, I.O.D.E. (Imperial Order Daughters of the Empire), les Dames de l’Institut, les Guides, les Scouts, les Louveteau, etc., et beaucoup d’écoliers insulaires ainsi que des étudiants d’échange venant de partout du Canada et d’autres pays.

Mme Myrtle Fitzpatrick, épouse du secrétaire privé de Son Honneur Milton Fitzpatrick, était une femme très compétente et bien organisée.  Elle s’occupait des épouses des quatre aides de camp de Son Honneur, celles-ci étaient mes dames d’honneur en tant que « première dame ».  Elles s’occupaient de toutes les visites de groupes à Fanningbank, aidaient durant tous les événements spéciaux chez nous et m’accompagnaient à toutes les activités à l’extérieur.

Nous étions privilégiés d’avoir les services de deux dames qui préparaient et faisaient les tournées de la maison en français : mesdames Berthe Blanchard et Anita Morrison.  Ceci était très apprécié par les groupes de visiteurs en provenance du Québec et des groupes d’Acadiens de l’Île ou des Maritimes.

Des ambassadeurs de divers pays sont venus nous rendre visite.  Je me joignais à mon mari si l’épouse d’un invité spécial était présente.  Plusieurs parlaient le français ou l’anglais et d’autres avaient des interprètes.

Les événements les plus importants de l’année étaient la réception du Nouvel An, deux grands bals en été, un garden party, un gala de Noël, un banquet et une réception pour tous les membres de l’Assemblée législative, après l’ouverture de la Chambre et de la lecture du Discours du trône par Son Honneur le lieutenant-gouverneur.  Les épouses et époux des membres nous rejoignaient ensuite pour une très agréable soirée.

J’avais besoin de toilettes pour toutes les occasions.  Heureusement, j’étais couturière et pouvais me confectionner des robes du soir et autres vêtements.

Étant jardinière, j’étais également capable de faire des arrangements de fleurs pour la maison ce qui était un vrai plaisir, étant donné la multitude de fleurs en provenance des grands jardins de la résidence.  Durant l’hiver, j’allais au fleuriste et aimais spécialement faire les décorations de Noël à l’intérieur de notre maison.

Notre famille nous rejoignait pour des occasions spéciales, tels Noël, Pâques, l’Action de grâce et les anniversaires, et nous visitait souvent quand nous étions à la maison.  Notre plus jeune fils, Marc, étant étudiant au niveau secondaire et plus tard à l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard, a habité avec nous durant notre séjour à Fanningbank.

Nous étions invités à de nombreuses cérémonies, du Cap-Nord à la Pointe-de-l’Est et plusieurs communautés entre ces deux extrémités.  Nous assistions aux festivals d’été tels le festival entourant la fête de Saint-Simon-et-Saint-Jude à Tignish, le Festival des huîtres à Tyne Valley, le Festival de la fleuraisont de patates à O’Leary, le Festival du homard à Summerside, Old Home Week, Northumberland Fisheries Festival à Murray River, Dumas Plowing Match and Agricultural Fair, l’ouverture du Théâtre Kings Playhouse à Georgetown, l’Exposition agricole et le Festival acadien de la région Évangéline à Abram-Village, et plusieurs autres.  Nous visitions aussi les foyers pour personnes âgées, écoles et hôpitaux.  Son Honneur a inauguré l’Hôpital Queen Elizabeth II.  Cette cérémonie fut suivie d’une grande réception.

L’ouverture du Festival d’été de Charlottetown au Centre des arts de la Confédération était une soirée très agréable, et permettait de rencontrer les acteurs et les actrices.  Durant l’été, nous avons aussi eu la visite à Fanningbank de l’équipe théâtrale, qui incluait Don Harron et Norman Campbell, coauteurs de Anne of Green Gables, la comédie musicale.  Nous avons été privilégiés d’avoir pu entendre et voir tant d’artistes lors de spectacles au Centre, et aussi le groupe Singing Strings, qui a joué pour nous à l’occaion d’un garden party donné en l’honneur de Leurs Altesses Royales le prince Charles et la princesse Diana.  Ce fut une occasion grandiose.  Avant de rejoindre la foule sur les pelouses de la résidence, on leur a présenté nos enfants dans le hall de Fanningbank.  Cette même soirée, le couple royal nous a invités à assister à une réception à bord du yacht royal Britannia.

Nos visites à l’extérieur de la province furent très mémorables et des plus révélatrices.  Nous avons participé aux rencontres annuelles des lieutenants-gouverneurs du Canada avec le Gouverneur général à Rideau Hall à Ottawa.  Notre première rencontre a eu lieu en janvier 1980, presque aussitôt après notre emménagement à Fanningbank.  Pendant que Leurs Honneurs participaient à des rencontres, les épouses profitaient d’une très belle visite de Rideau Hall, qui incluait la cuisine et les serres.  En après-midi, ayant une limousine à notre disposition, nous avons fait du magasinage et d’autres visites.  Nous avons fini la journée par un banquet et spectacle en compagnie de Leurs Excellences, le très honorable Edward Schreyer et madame Lillie Schreyer.  Encore d’autre magasinage et banquet le jour suivant, puis le retour à l’Île-du-Prince-Édouard et aux obligations du jour.

Notre seconde rencontre s’est passée à Victoria, à la résidence du lieutenant-gouverneur de la Colombie-Britannique.  La température était magnifique et douce en ce mois de février.  Nous avons eu un déjeuner très plaisant au Lester B. Pearson College of the Pacific.  Leurs Excellences, le très honorable Edward Schreyer et madame Lillie Schreyer étaient présents.  Nous avions deux étudiants insulaires comme hôtes du déjeuner.

Notre troisième rencontre s’est passée à Ottawa à l’occasion du Rapatriement de la Constitution.  Sa Majesté la reine Élisabeth II et Son Altesse royale, le prince Phillip étaient les invités spéciaux de toutes les réceptions.  Le matin de la proclamation fut pluvieux mais nous avons pu arriver à ne pas trop nous tremper.  Une journée très excitante remplie de réceptions pour finir la soirée par un grand banquet et une réception à Rideau Hall, durant laquelle nous avons eu la chance de discuter quelque peu avec Sa Majesté et Son Altesse Royale.  Le jour suivant, nous avons été invités à passer la nuit à Rideau Hall, dans la suite royale parce que Edmond Arsenault recevait l’Ordre du Canada.  Le matin suivant, nous avons assisté à la cérémorie.  Madame Bernadette Arsenault accompagnait son mari et nous avons bavardé un grand moment durant la réception avant de repartir pour l’Île-du-Prince-Édouard pour reprendre nos obligations, fatigués, mais tellement ravis d’avoir eu l’opportunité d’assister au Rapatriement de la Constitution.

Durant l’été 1984, nous avons été aussi invités à Toronto, par Sa Majesté et Son Altesse Royale, sur le yacht royal Britannia.  Le déjeuner fut extraordinaire, un repas à neuf entrées avec Leurs Excellences la Gouverneure générale Jeanne Sauvé et Monsieur Sauvé, et les lieutenants-gouverneurs et premiers ministres des provinces qui étaient présents.  Nous avons eu l’opportunité de parler avec Sa Majesté durant la réception qui suivit.  Après quoi, ce fut une photo de groupe qui incluait Sa Majesté et Son Altesse Royale, Leurs Excellences et les lieutenants-gouverneurs et leurs épouses et époux.

L’année suivante, nous étions à Montréal pour le 200e anniversaire du Beaver Club.  Ce fut une soirée splendide et spectaculaire, avec la Gouverneure générale et les lieutenants-gouverneurs vêtus de costumes d’époque.  Le spectacle étaient fabuleux; une soirée inoubliable!

Le lendemain, nous sommes allés à Ottawa pour une rencontre à Rideau Hall.  Le banquet en soirée avec Son Excellence, Madame Jeanne Sauvé, et Monsieur Maurice Sauvé, était émouvant, avec des conversations nous ramenant aux événements de la nuit précédente, à Montréal.  Les rencontres des lieutenants-gouverneurs ont accaparé les deux journées suivantes et le tout fut clôturé en soirée par un gala au Centre national des arts avec les grands noms du monde du spectacle suivi d’une réception somptueuse.  Nous nous sommes arrêtés quelques jours à Montebello, au Québec, pour une visite familiale avant de rentrer à la maison.

Notre plus grand événement à l’extérieur de la province a eu lieu en Nouvelle-Écosse, à l’occaion de la visite de Sa Sainteté le pape Jean-Paul II.  Nous étions les invités du lieutenant-gouverneur et Madame Abraham à la Maison du gouvernement à Halifax.  Nous avons accueilli Sa Sainteté à l’aéroport de la Base des forces canadiennes Shearwater.  Nous étions en compagnie du lieutenant-gouverneur et Madame Allan Abraham, de l’archevêque James Hayes de l’archevêché d’Halifax, du premier ministre de la Nouvelle-Écosse et Madame Buchanan, du premier ministre de l’Île-du-Prince-Édouard James Lee et son épouse, des maires de Halifax et de Dartmouth, et de plusierus dignitaires représentant l’Église, les provinces et les municipalités.  Nous avons été ravis de pouvoir parler en français avec Sa Sainteté le pape, et il a mentionné le passé tumultueux de nos ancêtres acadiens.  Le soir même, nous étions invités à la Maison du gouvernement avec quelques personnes de l’entourage du pape.

Le lendemain nous avons assisté à la messe en plein air au Halifax Common.  Il pleuvait beaucoup, mais ce fut une expérience de recevoir la communion des mains de Sa Sainteté le pape Jean-Paul II.  Nous sommes retournés à l’aéroport de Shearwater pour voir Sa Sainteté s’envoler pour Montréal.  Nous avons parlé avec lui brièvement et l’avons remercié de sa visite.

Durant notre terme, nous avons aussi eu le privilège de recevoir pour des déjeuners à Fanningbank les premiers ministres de l’Est du Canada et les gouverneurs américains des États de la Nouvelle-Angleterre.  Et durant le dernier été à Fanningbank nous avons reçu les premiers ministres provinciaux du Canada pour un repas au homard commandité par la Province.  Je vous assure que c’est une soirée dont je me rappellerai toute ma vie.  Ce fut un plaisir d’avoir connu

tant de gens de marque.  Je ne peux oublier les visites à Fanningbank de personnalités telles que Joey Smallwood, René Lévesque, notre premier astronaute canadien, Marc Garneau, le dessinateur de bandes dessinées, Ben Wicks, le lieutenant-gouverneur du Nouveau-Brunswick George Stanley, qui a dessiné notre drapeau national, Terry Fox et ses parents, Ken Taylor qui a libéré les otages en Iran, Roy Bonistell de l’émission Man Alive de la CBC, et bien plus encore.

Nous avons continué de remplir nos obligations régulières en recevant plusieurs groupes chez nous, et en visitant de nombreuses communautés d’un bout à l’autre de la province, et en même temps, en ayant les membres de notre famille près de nous le plus souvent possible.

Nous avons eu une grande célébration pour ma mère, Alvina Gallant, pour fêter son 85e anniversaire de naissance, incluant un dîner pour la famille et les amis, suivi d’une soirée de musique et de chants.  Nos bons amis père Éloi Arsenault, père Charles Gallant, Eddie Arsenault au violon et bien d’autres étaient parmi nos invités – une vrai soirée chez l’habitant!

Nous avons quitté Fanningbank à la fin du mois de juillet 1985, après y avoir résidé durant cinq ans et demi.  Nous avons eu une expérience très agréable et très stimulante dont je me rappellerai toujours avec affection.  Nous avons rencontré des gens de toutes sortes et de toutes les couches sociales, qui se sont sentis confortables chez nous, et ces amis, je m’en souviendrai toujours, où que j’aille.

Nous avons emménagé à notre résidence d’été, L’Alouette, et par la suite dans la paroisse Saint-Augustain à Rustico où se sont mariés nos parents.  Comme disait toujours Aubin « nous avons bouclé la boule… ».  Que Dieu protège toutes les personnes qui, depuis notre retour à l’Île-du-Prince-Édouard en 1951, furent si gentilles avec nous deux, durant toutes ces années.

Dr. J. Aubin Doiron, 22e lieutenant-gouverneur de l’Île-du-Prince-Édouard (1980-1985)