Résultats: ‘1879’

La Société de Tempérance à Bloomfield 1878-1879

1983 par Avéline Peters

par Avéline Peters

 

Une succursale de la Société catholique de tempérance fut organisée à la paroisse St-Antoine le 7 janvier 1878; elle est sous l’administration de l’abbé Stanislaus Boudreault qui était le premier curé résidant de la paroisse de Bloomfield.

Au Conseil d’administration de la Société figuraient un directeur spirituel, un président et deux vice-présidents, un secrétaire, un trésorier et un comité de vigilance de dix personnes.

Pour être reçu membre il fallait qu’on récit chaque jour un Pater et trois Ave pour demander la grâce et la persévérance; une autre exigence était celle du voeux de tempérance.

Les suivants étaient les premiers officiers :  L’abbé S.A. Boudreault – directeur spirituel, Hippolite Martin – président, Amédée Gallant – vice-président, Dominique Arsenault – deuxième vice-président, Fabien Pitre – secrétaire, Gélasse Peters – trésorier.  Le premier Comité de Vigilance: Alphée Gallant – Howlan Road, Joseph Pineau – Martin Road, Jérome Arsenault – Lot 10, Alphie Aucoin – Lot 4, Simon Martin – Fortune Cove, André Doucette – Martin Road, Urbain Gallant – Mill Road, Félix Aucoin – Bloomfield, Théophile Pineau – Western Road, André Blanchard – Lot 6.

Quand un membre du Comité de vigilance faisait la découverte d’un membre qui consommait la boisson alcoolique il réclamait de ce membre 20 cents comme amende.  Si un membre enfreignait le code plusieurs fois, le Comité soumettait un rapport sur sa conduite à l’assemblée plénière de la Société et la Société décidait si le membre devait être expulsé.

Le Comité a dû trouver sa tâche difficile et désagréable, car dès la deuxième année, le Comité se compose presque en entier de nouveaux membres.

Dans l’ordre du jour des assemblées le quatrième point était “les affaires nouvelles”.  Le procès-verbal de mai 1878 contient ce paragraphe :  “Résolu que tous les membre payent la somme de 50 cents pour monter une bibliothèque pour l’usage de la Société”.  L’argent était rare; seulement sept personnes ont payé sur-le-champ; cinq ou six personnes ont payé le 50 cents en deux ou trois paiements; les premiers à payer étaient :  Joseph Pineau, Antoine Poirier (instituteur), Fabien Pitre, Joseph Arsenault, Jean Doiron, François Gallant.

Les officiers de la deuxième année étaient :  directeur-spirituel – l’abbé S.A. Boudreault, président – Antoine Poirier, premier vice-président – Amédée Gallant, deuxième vice-président – Jérôme-L. Arsenault, trésorier – Pierre Gaudet, secrétaire – Fabien Pitre.

En 1878, il y avait 114 membres et en 1879 seulement 56 membre; à côté de la moitié des noms de la première liste paraît un gros X; nous nous demandons si ces membres ont été exclus pour abus de la boisson forte ou s’ils ne voulaient pas payer la cotisation annuelle.  Les assemblées avaient lieu dans la nouvelle église; la chapelle de Cascumpèque ne fut transportée qu’en 1880 au centre de la paroisse à Bloomfield où elle servit de salle paroissiale; l’abbé Boudreault fut remplacé par l’abbé Von Blerk en septembre 1879, et la succursale de la Société catholique de tempérance de Bloomfield n’a pas été réorganisée.

La rente des bancs d’église à Cascumpèque : 1861-1879

1979 par Avéline Peters

par Avéline Peters

 

Lors de la visite de monseigneur Pierre Denant à l’Île-du-Prince-Édouard en 1803, les colons récemment installés à Cascumpèque furent encouragés de se bâtir une chapelle.  Le même automne, ils érigèrent un modeste édifice qui fut béni comme église de Saint-Antoine de Cascumpèque.  Elle fut construite à l’endroit que l’on nomme Pointe Gibbs.

En 1835, il y avait plus d’une trentaine de familles acadiennes à Cascumpèque.  On appelait cet endroit “Le Village”.  En plus des gens installés à cet endroit, plusieurs familles de Hill’s Point et des lots 10 et 11 étaient membres de la paroisse.  Sous la direction de l’abbé Sylvain Ephrem Poirier, les laïcs ont bâti une deuxième église, assez grande pour accueillir une soixantaine de familles.  Celle-ci fut construite sur un lot accordé par Colas Arsenault, fils du premier colon, Louison Arsenault.  Ce terrain se trouve non loin du Creek Gordon, et il est à ce jour maintenu par la paroisse Saint-Antoine.

Au temps du premier curé résident, l’abbé André Roy, on a ajouté une galerie dans la chapelle pour accommoder plus de personnes.  En 1861, on a organisé le système de location des bancs d’église.  C’était un moyen de ramasser de l’argent pour payer l’église.

Comme pour le paiement des dîmes, on acceptait des contrats d’une quantité d’argent ou de produits de la ferme pour le loyer des bancs.  Quand les bateaux qui transportaient les produits d’exportation de l’Île arrivaient aux quais de Hill’s Point ou de Cascumpèque pour une cargaison de blé, d’avoine, d’orge, ou de patates, les hommes de la paroisse évaluaient et chargeaient les produits payés comme rente sur les bateaux de commerce.  Un homme choisi par les syndics de la paroisse acceptait le règlement des comptes.

En 1861, Maxime Gallant loua son banc pour un montant de 7 shillings qu’il paya en trois versements de 2, 2 et 3 shillings.  Léon Arsenault, pour sa part, avait un contrat de 8 shillings qu’il paya pendant l’année avec 6 boisseaux d’avoine.  Prospère Gallant a payé, en 1862, 9 shillings pour la location de son banc.  Il était pilote à Hill’s Point et apparemment il avait un peu plus d’argent que ses voisins.  En cette même année, George W. Howlan a aussi payé 9 shillings.  Il était marchand au Havre de Hill’s Point (région d’Alberton), et paroissien de St-Antoine-de-Cascumpèque de 1861 jusqu’à l’année 1873.  Il fut nommé lieutenant-gouverneur de l’Île-du-Prince-Édouard en 1894.

L’argent commençait à affluer et en 1871 plusieurs chefs de famille ont payé 13 shillings pour la location de leur banc, tels Simon Martin, John T. Botts et Jean Arsenault.  Plusieurs personnes payaient leur banc avec des produits de la terre qui étaient évalués en livres, shillings et pence.  Voici une liste de ceux qui ont payé les bancs d’église avec de l’avoine en 1863:

No de boisseaux

Firmain Blanchard                   3
Jean Gallant (Samuel)            3
Charles Gallant                          3
Joseph Arsenault (gros)        3 1/2
James A. Bulger                        8
Joseph Gaudet                          4 1/2
Melium Aucoin                         3
Jean Arsenault                         10
Maurice Blanchard                 8

En 1861, 56 familles ont loué des bancs.  En 1863 on en compte 72 et en 1878, 89.