Pour que perdure le choix des Acadiens pour leur «Jour du Souvenir» à eux

2009 par Contribution anonyme

Le Comité de rédaction de La Petite Souvenance a voulu  souligner l’importance capitale que c’est pour la nation acadienne, ce recueillement annuel à l’occasion d’un Jour du Souvenir acadien, que plusieurs observent depuis que M. Stephen A. White a proposé en octobre 2000 au congrès de la Fédération des Associations de familles acadiennes (FAFA) que le 13 décembre soit désigné comme le Jour du Souvenir acadien. C’était pour commémorer la grande perte de vies qui a eu lieu durant le Grand Dérangement. La date du 13 décembre a été proposée  parce qu’elle marque l’anniversaire de la noyade d’environ 362 Acadiens à bord du Duke William, étant le pire d’un convoi de trois naufrages totalisant plus de 850 noyés survenus en cinq jours en décembre 1758 (du 12 décembre au 16 décembre, d’abord au large des Cornouailles les 12 décembre (Violet) et 13 décembre (Duke William), et ensuite aux Açores le 16 décembre (Ruby). Ces navires transportaient les Acadiens de l’île Saint-Jean. Ces naufrages ont coûté aux Acadiens plus de vies que n’importe quel autre événement du Grand Dérangement. La plupart de ceux-ci étaient des enfants car l’âge moyen était d’environ 15 ans.

Cette proposition de M. Stephen A. White a fait du chemin. La toute première commémoration du Jour du Souvenir acadien a eu lieu en 2004 à la chapelle Notre-Dame d’Acadie, au campus de l’Université de Moncton, à la suite d’une messe célébrée par l’archevêque du diocèse de  Moncton, Mgr André Richard. La même manière de commémoration eut lieu en 2005, 2006 et 2007, les deux premières étant également à la chapelle Notre-Dame d’Acadie, mais la dernière étant à l’hôtel de ville de Dieppe. Il y a aussi eu en 2009 une commémoration au Musée historique de la Vallée de Memramcook. Les toutes premières commémorations à  l’Î.-P.-É. eurent lieu en 2008 et 2009 à Port-la-Joye sur la mer Rouge, lieu de l’embarquement des Acadiens de l’île Saint-Jean vers leur sort mortel dans les gouffres de l’océan Atlantique.