Lieux de commémoration à l’Île-du-Prince-Édouard des symboles nationaux acadiens

2009 par Contribution anonyme

 

Tignish – Bloomfield – Miscouche

NDLR : Il n’y a pas d’hommage plus approprié à notre passé que lui donner un avenir qu’il mérite. Pour cela, le parcours de l’avenir qu’on offre en héritage à notre jeunesse doit aller plus loin que le simple folklore et la célébration constante qui fait croire, comme disait Voltaire, que tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes. Des lieux de commémoration doivent être des jalons de mise pour que le peuple n’oublie pas, y trouve force et inspiration. Nous présentons ici quelques- uns de ces jalons en matière de symboles nationaux façonnés dans ce creuset bien particulier qu’est notre île bien-aimée.

 
Tagueniche / Tignish
Fondé en 1799 par huit familles acadiennes provenant d’un deuxième Malpèque (North St. Eleanors), Tignish, parfois on trouve l’appellation de tagueniche, recèle une peinture murale fort significative dans le sanctuaire de son église Saint-Simon-et-Saint-Jude. Cette peinture murale de 1888 est du célèbre décorateur d’églises François-Xavier Édouard Meloche. Elle représente la Vierge Marie dans son Assomption, adoptée à Memramcook par le peuple en 1881 en tant que patronne nationale des Acadiens et décrétée par le pape Pie XI en 1938. C’est Meloche qui aurait aussi peint les étoiles dorées originales sur fond bleu qui ont été enduites de peinture dans les années 1950.

 

Cascumpèque / Bloomfield
Fondée en 1803 par des familles acadiennes provenant d’un deuxième Malpèque, la paroisse Saint-Antoine-de-Padoue de Bloomfield recèle dans son église, un magnifique vitrail (2001) aux couleurs acadiennes et dont les teintes bleuâtres décèlent l’Étoile de Marie avec les premiers mots de notre hymne national Ave Maris Stella, étoile qui se nomme aujourd’hui en matière d’armoiries l’Étoile de l’Acadie rayonnante d’or. Ce vitrail honore la mémoire de l’historien des Acadiens de l’Île, J. Henri Blanchard (1881-1968), qui s’est marié en cette église même à Ursule Gallant, de Duvar. Le vitrail fut dessiné par le père Laurent Gallant, franciscain, et fabriqué par le frère de celui-ci, Francis Gallant, tous deux originaires de Piusville, toujours de cette paroisse.

 

 

La Belle-Alliance / Miscouche
Fondée en 1817 par des familles acadiennes provenant d’un deuxième Malpèque, la paroisse Saint-Jean-Baptiste de Miscouche fut nommée vers 1824 «La Belle-Alliance» par le futur père Sylvain-Éphrem Poirier, le premier prêtre acadien de l’Île. Le vitrail, une oeuvre de Brian Porter de Yarmouth (Atlantic Cathedral Painters), date de la décoration de l’église en 2007 et fut dévoilé le 24 juin de cette année-là. L’idée provient du curé de la paroisse, le père Albin Arsenault, qui voulait qu’un vitrail donne du côté de l’église où le drapeau national avait été adopté et déployé en 1884. Le vitrail arborant notre tricolore étoilé est précédé à la gauche par les vitraux d’une croix celtique et d’un Agnus Dei.

 

Musée acadien de l’Î.-P.-É.
Lieu de commémoration par excellence des symboles nationaux acadiens