Quel est l’hymne national des Acadiens?

Le chant national acadien a été choisi à Miscouche, Île-du-Prince-Édouard, en 1884, lors de la deuxième Convention nationale des Acadiens.

Les délégués de la troisième commission intitulée « Drapeau et chant national », incapables de soumettre une seule suggestion appropriée, ont nommé un comité spécial qui n’eut pas à faire d’étude préalable ni à faire des recommandations, car la Convention se rallia spontanément autour du cantique marial, l’Ave Maris Stella, probablement plus pour la mélodie que pour les paroles. En effet, lorsque l’abbé Richard et le Père Cormier déploient, devant un auditoire ému, un superbe drapeau tricolore orné de l’étoile aux couleurs pontificales, l’enthousiasme est universelle. De bruyantes acclamations saluent l’étendard que l’on voit pour la première fois. De toutes parts, on demande une chanson, lorsque l’abbé Richard entonne d’une voix grave et solennelle l’Ave Maris Stella, que tout le monde répète après lui. L’abbé Richard, prenant la parole, exprime l’espoir que nos musiciens nous donneront bientôt un air national. Pascal Poirier, l’interrompant, annonce que pour lui « l’air national des Acadiens est tout trouvé, et trouvé d’une manière merveilleuse qui montre le doigt de Dieu, l’intervention de Marie, notre patronne. Cet air que nous cherchions, que nous implorions, il vient de retentir à nos oreilles, il vient d’éveiller dans nos coeurs les plus douces et les plus suaves sensations. C’est l’air entonné par l’abbé Richard, répété par toute l’assistance, c’est l’air de l’Ave Maris Stella, qui se chante dans toutes nos églises et que l’on entend si souvent dans les chaumières; la salutation de l’Église à Marie, patronne des Acadiens ». Ces paroles sont accueillies par la foule avec allégresse. Le président soumit la proposition à l’assemblée qui l’adopta au bruit des acclamations enthousiastes de la délégation.

Par la suite, des individus se sont alors montrés en faveur de rimes plus représentatives des Acadiens, avec leur passé rempli d’orages et leur avenir souriant d’espoir. D’autres sont choqués de voir un chant de l’Église traîner dans les lieux où on fait de la politique et où il y a de l’alcool. Il y eut à maintes reprises des essais de composition d’un hymne national acadien sur l’air adopté à Miscouche. Deux compositions profanes ont connu un certain succès, soit la Marseillaise acadienne, composée en 1910 par l’abbé A.-T. Bourque, et En Avant!, oeuvre de l’abbé Stanislas Doucet, datant de 1912. À partir des années 1960, l’Ave Maris Stella fut remis en question lors de divers ralliements. Même qu’en 1972, à la réunion des francophones du Nouveau-Brunswick tenue à Fredericton, 58,7 % des délégués se sont déclarés favorables à ce que l’hymne national des Acadiens, l’Ave Maris Stella, soit remplacé alors que seulement 16,8 % étaient contre. En 1984, cent ans après le choix de ce cantique, la question de chant national acadien n’est toujours pas réglée. L’Ave Maris Stella, que l’on chante alors encore en latin lors de certaines manifestations patriotiques, demeure l’hymne national officiel de l’Acadie. Il existe toutefois un manque de consensus autour de ce symbole.

Voici donc les paroles de l’Ave Maris Stella :

Ave, maris stella,
Dei Mater alma,
Atque semper Virgo,
Felix coeli porta. (bis)

Sumens illud Ave
Gabrielis ore,
Funda nos in pace,
Mutans Hevae nomen.(bis)

Solve vincla reis,
Profer lumen caecis,
Mala nostra pelle,
Bona cuncta posce.(bis)

Monstra te esse matrem,
Sumat per te preces
Qui pro nobis natus,
Tulit esse tuus.(bis)

Virgo singularis
Inter omnes mitis,
Nos culpis solutos
Mites fac et castos.(bis)

Vitam praesta puram,
Iter para tutum,
Ut videntes Jesum
Semper collaetemur.(bis)

Sit laus Deo Patri,
Summo Christo decus,
Spiritui Sancto,
Tribus honor unus.(bis) Amen.

(« Un peuple à unir », numéro spécial de La Petite Souvenance pour souligner le Centenaire du drapeau acadien, 1884-1984, publié par la Société historique acadienne de l’Île-du-Prince-Édouard.)

Version française :

En 1994, la Société nationale de l’Acadie lance un concours et retient la version de Jacinthe Laforest, journaliste de La Voix acadienne. Voici les paroles, en français, qu’elle a composées sur l’air de l’Ave Maris Stella.

Ave Maris Stella
Dei Mater Alma
Atque Semper Virgo
Felix Coeli Porta (bis)

Acadie ma patrie
À ton nom, je me lie
Ma vie, ma foi sont à toi
Tu me protégeras (bis)

Acadie ma patrie
Ma terre et mon défi
De près, de loin tu me tiens
Mon coeur est acadien (bis)

Acadie ma patrie
Ton histoire, je la vis
La fierté, je te la dois
En l’avenir, je crois (bis)

(Refrain)